Djebel Oueslat : sur les traces de peintures préhistoriques

Publié le par Amine Spéléo

Des traces de la présence d'hommes préhistoriques en Tunisie, il y en a pas beaucoup ! Les plus remarquables sans aucun doute sont celles des vestiges d'Hermaïon d'El Guettar à Gafsa, considérées actuellement comme le plus ancien site religieux de toute l'humanité ! 

 

15747_1242185969471_1073977898_30778775_6457799_n.jpg15747_1242281091849_1073977898_30779043_5219206_n.jpg


A Djebel Oueslat en Tunisie centrale (gouvernorat de Kairouan) existe des peintures préhistoriques dans une région appelée Aïn Khanfouss, dessins présentant essentiellement des scènes de chasse par des arcs en flèches. Les peintures sont développées dans un abri sous roche, bien abritées des aléas climatiques assez rudes de la région, ce qui a favorisé leur préservation.
Par une invitation du groupe des randonneurs Tortue, nous sommes partis pour une randonnée découverte dans la région.

 

15747_1242252371131_1073977898_30778956_165030_n.jpg15747_1242252331130_1073977898_30778955_7979449_n.jpg


De la ville d'El Fahs, faut descendre en direction du sud-est pour arriver au village de Aïn Jelloula situé au pieds de Djebel Oueslat. De là, quelques minutes de pistes et nous voilà à côté d'une mausolée, le début de la randonnée. 
Le site commence par un lit d'oued asséché couvert de caroubiers et d'oliviers sauvages. L'objectif était bien sûre d'atteindre le fameux abris sous roche où se trouvent les peintures, mais aussi faire une prospection spéléologique dans l'espoir de trouver des cavités intéressantes dans cette montagne qui semblait prometteuse.

 

15747_1242289252053_1073977898_30779054_6467817_n.jpg15747_1242186049473_1073977898_30778777_4836735_n.jpg


Parmi le groupe, l'incontournable Julien, un hydrogéologue de l'Institut de Recherche pour le Développement qui travaille au bureau tunisien. Ces conseils et ces interprétations sur terrain sont extrêmement pertinentes.
Après plus d'une heure de marche, nous sommes arrivés aux abords d'une paroi par où on peut observer une ouverture souterraine.


15747_1242302772391_1073977898_30779063_318152_n.jpg15747_1242302852393_1073977898_30779064_6630052_n.jpg

Elle débouche sur une petite salle à plafond assez élevé (probablement 15m) et à gauche, un petit passage qui semble être bouché par une quantité de terre qu'il faut déblayer. Avec l'aide de tout le monde, nous avons réussi à dégager le passage. Julien passe le premier et puis c'est mon tour.

 

15747_1242332013122_1073977898_30779200_6730999_n.jpg15747_1242332053123_1073977898_30779201_5052786_n.jpg

C'est un conduit assez étroit qui continue sur la même direction, probablement une faille. Sur une dizaine de mètres, un autre passage avec une petite descente de 2m et nous voilà dans un autre conduit encore plus étroit. A côté sur les parois, des petites concrétions pas très actives. De là, on pouvaient plus avancer. Il est très probable que ça continue mais une quantité tellement importante de terre empêche toute possibilité de déblaiement et de progression.  

 

15747_1242348973546_1073977898_30779250_4348766_n.jpg15747_1242355533710_1073977898_30779255_6736020_n.jpg

 


Ayant pris quelques photos, nous avons rebroussé chemin, assez contents tout de même d'avoir trouver une cavité dans cette première sortie de prospection. Un début qui s'annonce encourageant !
 

Après cette petite exploration, nous avons repris notre randonnée pour arriver aux peintures. La marche continuait toujours dans le lit asséché d'un oued. Des petites cavités ici et là jonchent le paysages sans trop d'importance. 
Après quelques heures de rando, nous sommes arrivés au pieds de l'abri sous roche, à côté d'une source, Aïn Khanfouss.

 

15747_1242372254128_1073977898_30779282_4538583_n.jpg15747_1242276731740_1073977898_30779036_6672386_n.jpg


Le temps d'une petite escalade acrobatique, nous étions devant les fameuses peintures, très spectaculaires ! Des scènes de chasse essentiellement avec des humains dessinés sans têtes, des animaux sauvages dont une girafe (preuve que l'animal existait en Tunisie) et des symboles étranges et inexpliqués. Selon l'institut national du patrimoine, ces peintures ont plus de 4000 d'existence ! Probablement un des plus anciens vestiges de la présence humaine en Tunisie.

 

15747_1242269651563_1073977898_30779020_3871855_n.jpg15747_1242265811467_1073977898_30779015_2384198_n.jpg15747_1242276691739_1073977898_30779035_8180694_n.jpg15747_1242281011847_1073977898_30779041_1952953_n.jpg

 

Il est tout de même à noter que si des mesures urgentes de préservations ne seront pas prises, le site risque de se détériorer à un rythme fort alarmant !  

Au retour, nous avons croisé un ancien cimetière, probablement de la famille Oueslati (qui ont donné leur nom à la montagne), une famille d'origine berbère qui ont toujours résisté contre l'occupation beylicale de leur territoire. 

 

15747_1242394014672_1073977898_30779338_415370_n.jpg15747_1242992309629_1073977898_30780957_8008769_n.jpg


Commenter cet article

Roland MARTIN 28/11/2011 11:45

Saviez-vous, cher Monsieur, que le découvreur de ces peintures est Alix MARTIN mon frère qui demeure à Gammarth village, 11 rue Mouaouia Ibn Souffian 2078 Avec lequel vous pourriez prendre contact
au 71 91 90 59 de ma part.
J'attends un retour de courrier pour savoir si vous avez bien reçu mon mail
Très cordialement
Roland MARTIN.

tiouiri mohamed 21/07/2011 23:59


bonjour M AMIN LA PHOTOS du fistileuse QUI EST SUR LALBOME CEST LA photos de notre groupe ....